La ville de Pons s'est développée sur un site naturellement défensif, un éperon rocheux dominant la Seugne. Elle apparaît tardivement dans les textes, au milieu du 11e siècle, mais un château se dresse sur le promontoire au moins dès le 10e siècle.
La ville est située à un carrefour de voies terrestres (Saintes-Bordeaux, Périgueux ou Cahors) et d'une voie navigable (la Seugne) qu'elle peut contrôler. Les sires de Pons, seigneurs de la ville jusqu'à la fin du 16e siècle, la tiennent au 11e siècle au nom des comtes d'Anjou, puis des comtes de Poitou-ducs d'Aquitaine, avec lesquels ils sont souvent en conflit.

Aux 12eet 13e siècles, Pons est une cité florissante, avec une activité économique diversifiée. C'est vraisemblablement à la fin du 12e siècle que le donjon actuel est édifié à l'emplacement d'une première tour du 10e siècle. De plan rectangulaire (25,8 m x 14,4 m), la tour présente de larges murs avec un parement extérieur en pierres de taille. Des contreforts plats rythment les quatre élévations. Le mur nord englobe un mur plus ancien provenant d'un bâtiment détruit lors de l'édification du donjon. Il présente une épaisseur considérable (4,40 m).
La tour compte aujourd'hui deux niveaux voûtés ; elle en comptait peut-être trois à l'origine. Elle a été très restaurée à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Le parement intérieur en pierres de taille et les voûtes datent de la restauration ; deux portes et deux fenêtres ont été ouvertes dans la façade est ; une tourelle abritant un escalier a été accolée à la façade nord ; le couronnement actuel, à créneaux et merlons, a été réalisé en 1906.

Devant le donjon, au nord et à l'est, une vaste basse cour s'étendait, protégée par une enceinte. L'accès à l'intérieur de l'enceinte se faisait par un porche surmonté d'une chapelle. Au cours du 12e siècle, cette entrée est dotée d'un remarquable portail sculpté. Dénommée Saint-Gilles, la chapelle est transformée en orangerie au 17e siècle.

La ville connaît de graves troubles au cours de la guerre de Cent Ans, puis lors des guerres de Religion. Place forte protestante, elle subit durement plusieurs sièges. La ville et le château sont démantelés en 1621 par Louis XIII. Propriété de la famille d'Albret, il est profondément remanié à des fins d'agrément dans la seconde moitié du 17e siècle : aménagement de communs et de jardins, construction d'un logis, restauration du donjon.

Le château est démembré à la fin du 18e siècle et au 19e siècle. Communs, écuries, enceinte disparaissent progressivement. En 1806, la ville de Pons achète le château. L'hôtel de ville s'installe dans un des corps de logis. Le donjon est classé sur la liste des monuments historiques en 1879.

Photographies : © Région Poitou-Charentes, inventaire général du patrimoine culturel, M.P. Baudry (5), R. Jean (2) 2011, C. Rome(1,3,4,6,7) 2011-2014, C.Sarrazin (8) 2014.