L'église Saint-Hilaire le Grand est dédiée à Hilaire de Poitiers (vers 315 – 367/368), premier évêque connu de la ville et Père de l'Église. Le pèlerinage à saint Hilaire se développe très tôt. Au 6e siècle, la tombe est à l'intérieur d'une église desservie par des religieux, qui deviennent des chanoines au 9e siècle.

Au début du 11e siècle, la construction d'une nouvelle église est engagée avec le soutien des comtes de Poitou. Le plan choisi est alors peu utilisé du fait de sa complexité. Le chœur, élevé sur une petite crypte à demi enterrée, comprend un couloir demi-circulaire, le déambulatoire, sur lequel ouvrent quatre chapelles rayonnantes. L'ensemble est entièrement voûté.
Un transept assure la transition entre le chœur, réservé aux chanoines, et la nef, ouverte aux paroissiens et aux pèlerins. Se développant en contrebas des parties orientales de l'église, la nef est alors composée d'un vaisseau central et de deux bas-côtés, entièrement charpentés. Elle est accessible par une tour-porche édifiée sur son côté nord.

À la fin du 11e siècle, elle est subdivisée en sept vaisseaux afin d'être voûtée. La tombe d'Hilaire, découverte pendant ces travaux, y est exposée, ce qui relance le pèlerinage. Il est ainsi recommandé aux pèlerins empruntant la voie de Tours pour aller à Saint-Jacques de Compostelle, de s'arrêter à Poitiers pour vénérer les reliques de saint Hilaire.

L'église, « la maison de Dieu », reçoit également un riche décor. Les chapiteaux sculptés des colonnes ont des feuilles grasses pour principal motif. Deux chapiteaux de la croisée du transept sont historiés et illustrent, l'un, la mort de saint Hilaire, le second, des scènes de l'enfance de Jésus : la Nativité, le Bain de l'Enfant et la Fuite en Égypte. Au chevet, les modillons et les métopes (plaques entre les modillons) de la corniche sculptés d'animaux, de personnages, s'ajoutent aux corbeilles végétales.
Mais le principal message religieux est transmis par les peintures murales, exécutées à la fin du 11e siècle dans un style vif, coloré, proche des œuvres de la tribune et du chœur de l'église de Saint-Savin (Vienne). Le chœur de l'église Saint-Hilaire, dont la voûte était certainement peinte d'un Christ en majesté, est orné de scènes de l'Apocalypse. Dans le déambulatoire sont représentés des saints, notamment saint Quentin et saint Martin. Sur les colonnes subsistantes de la nef romane figurent des évêques. L'ensemble représente l'Église unie autour du Christ.

L'édifice est pillé pendant les guerres de Religion. Au cours de la Révolution, le monastère subit de graves pertes. Vendue en 1799, l'église sert de carrière de pierres ; une partie de la nef disparaît.

Rendue au culte en 1804, l'église est classée monument historique en 1847 et plusieurs campagnes de travaux sont menées par l'architecte Joly-Leterme afin de la restaurer. S'ils ont permis la sauvegarde de l'édifice, ces travaux l'ont aussi dénaturé, l'architecte ayant posé des coupoles sur la nef à la place de la voûte en berceau de l'époque romane.

Photographies : © Région Poitou-Charentes, inventaire général du patrimoine culturel, G. Beauvarlet (1,2,10,11) 2009-2012 R. Jean (3,4,5) 2013, E. Dessert, A. Maulny, (7) 1983, C. Rome(8,9) 2010 - © Centre d’Études supérieures de civilisation médiévale (6).