C'est vers 1080 qu'est fondé, au sud de Melle, près du chemin menant à l'abbaye de Celles-sur-Belle, un prieuré appartenant à l'abbaye bénédictine de Saint-Jean-d'Angélhttp://indse-5gt-info2a.blogspot.fr/2013_11_01_archive.htmly. Au cours de la première moitié du 12e siècle, l'église Saint-Hilaire est construite ; le prieuré, où vivaient les moines, devait être établi sur son côté sud. L'édifice a subi une importante restauration au 19e siècle qui a affecté le clocher, le mur sud de la nef et les parties hautes de la façade occidentale. À l'intérieur, les chapiteaux du chœur ont été refaits.

L'église est construite selon un plan en croix latine. La nef est composée de trois vaisseaux (une nef centrale et deux collatéraux) sensiblement de même hauteur, tous couverts d'une voûte en berceau. La nef est prolongée d'un transept à absidioles orientées et d'un chœur à déambulatoire sur lequel sont greffées trois chapelles. L'organisation intérieure du chœur est lisible à l'extérieur : le chevet présente un étagement équilibré des volumes qui correspond aux différents espaces intérieurs.

La recherche de l'équilibre est aussi perceptible sur la façade. Celle-ci est divisée en trois par des contreforts-colonnes jumelés. Elle s'élève sur deux niveaux surmontés d'un pignon. Un portail ouvre au centre du rez-de-chaussée ; il est flanqué par deux arcades aveugles. Au-dessus, une grande baie encadrée de deux autres, plus petites, éclairent la nef. Les arcs de ces fenêtres sont ornés d'un riche décor géométrique et végétal.

Cependant, c'est peut-être le portail du mur nord de la nef et sa sculpture plus exubérante qui retient l'attention. Il est dominé par un cavalier (restitué en 1872). Le portail est orné de sculptures très érodées. Les Vertus et les Vices, des signes du Zodiaque, les travaux des mois, une femme aux seins dévorés par des monstres (symbole de la luxure) y sont représentés.

Dans l'église Saint-Hilaire, la sculpture est abondante, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur : elle est présente autour des fenêtres, sur les corniches, sur les chapiteaux des colonnes...
À l'intérieur, les chapiteaux des piliers de la nef sont majoritairement d'inspiration végétale. Quatre d'entre eux se distinguent par leur décor figuré. Ils sont respectivement ornés d'une chasse au sanglier, d'un sagittaire chassant un cerf, de chimères et de quadrupèdes. La facture est maladroite mais la composition est vigoureuse, animée. Ces œuvres contrastent avec les chapiteaux du mur sud, d'une belle qualité d'exécution. Les sujets représentés sont très divers : des êtres hybrides, comme les sirènes-oiseaux, des scènes de la vie quotidienne (musiciens, acrobates), des personnages dans des rinceaux ou luttant avec des animaux. Dans ce mur ouvre un portail qui communiquait vraisemblablement avec le prieuré. Sa voussure intérieure est ornée d'un Christ bénissant entouré de trente personnages nimbés, à l'exception de la figure située à droite du Christ, qui tient une crosse d'abbé.

Photographies : © Région Poitou-Charentes, inventaire général du patrimoine culturel, M. Deneyer (6,7,8,9), R. Jean (2,3,11,12), C. Rome (1,4,5,10)