Construite au 12e siècle, l'église Saint-Martin est composée d'une nef unique et d'un chœur à chevet plat (chœur rectangulaire), reconstruit au 13e siècle.

Les quatre travées de la nef sont chacune couvertes par une coupole sur pendentifs. Les murs de la nef sont doublés par des arcades aveugles. Celles-ci sont surmontées par une coursière passant derrière les piliers engagés des murs de la nef. Une très grande sobriété règne à l'intérieur de l'église, où la sculpture est presque absente.

Tel n'est pas le cas de la façade qui a fait l'objet d'un décor particulièrement soigné. La façade est animée par une superposition d'arcatures. Au rez-de-chaussée ouvre le portail, encadré par deux arcades aveugles. Le registre intermédiaire compte cinq arcades, celle du centre étant ajourée par une baie en plein cintre. Le niveau supérieur est orné de six arcades aveugles, plus étroites et plus petites que les précédentes. Ce jeu d'arcatures joue avec la perspective et donne à la façade une impression de grande hauteur.

La sculpture souligne ce décor d'architecture. Au rez-de-chaussée, les arcades latérales et le portail sont réunis par un bandeau sculpté où se déploie un décor de rinceaux parfois habités d'animaux. Deux scènes religieuses (le sacrifice d'Isaac, Samson et le lion) sont également représentées sur le bandeau intérieur de l'arcade gauche.

Deux reliefs dominent les arcades latérales : l'Assomption de la Vierge, à gauche, et saint Martin, à droite. Les deux personnages sont debout dans une mandorle (forme en amande) soutenue par des anges, dont les corps épousent les courbes. Le mouvement de leurs corps s'oppose à la position hiératique de la Vierge et de saint Martin.

La sculpture est également présente sur les chapiteaux du deuxième niveau où sont figurés des animaux et des végétaux. Un groupe de trois personnages s'inclinant devant un évêque ou un abbé illustre le chapiteau gauche de la baie.

Photographies : © Région Poitou-Charentes, inventaire général du patrimoine culturel, C. Rome, 2012.