La cité médiévale de Chauvigny s'étend sur un promontoire qui domine la Vienne. En son cœur se dresse l'église Saint-Pierre, environnée de cinq châteaux construits entre le 12e et le 14e siècle.

Une première église Saint-Pierre est attestée en ce lieu au 11e siècle ; elle est desservie par des chanoines et dépend du chapitre de la cathédrale de Poitiers. Elle est remplacée, au cours du 12e siècle, par un nouvel édifice, construit selon un plan en croix latine.

La nef est composée de trois vaisseaux : la nef centrale, couverte d'une voûte en berceau, et les collatéraux (couloirs de circulation latéraux) couverts de voûtes d'arêtes. La nef conduit vers les parties orientales de l'église constituées d'un transept, dont la croisée est couverte d'une coupole octogonale sur trompe portant un clocher carré, et d'un chœur. Celui-ci comprend une abside entourée d'un déambulatoire qui est couvert d'une voûte en berceau et sur lequel sont greffées trois chapelles.

L'organisation du chœur est particulièrement lisible à l'extérieur : les différents volumes du chevet correspondent aux espaces intérieurs (chapelles, déambulatoire, abside) et s'étagent harmonieusement. Il est à noter que leurs toitures sont dissimulées par des murets s'élevant au-dessus des corniches. Les murs du chevet sont rythmés verticalement par des contreforts-colonnes montant jusqu'aux corniches. Une arcature aveugle anime la partie basse des murs.

À l'intérieur, le chœur recèle une des richesses artistiques de l'église : les chapiteaux sculptés des huit colonnes qui entourent l'abside. Deux d'entre eux sont ornés de scènes religieuses, extraites de la Bible ; elles illustrent la vie de Jésus, notamment son enfance, et deux passages de l'Apocalypse qui évoquent le Jugement dernier. Sur les autres chapiteaux sont représentés des monstres associés parfois à des diables effrayants. Cet ensemble évoquerait la lutte du bien et du mal, thème fréquemment illustré à l'époque romane.

Les sculptures, comme tout l'intérieur de l'église, sont recouvertes de peintures. Ces dernières ont été réalisées au 19e siècle, à l'occasion d'une importante restauration menée sur l'édifice. Ce décor du 19e siècle rappelle que les églises romanes étaient souvent peintes.

Photographies : © Région Poitou-Charentes, inventaire général du patrimoine culturel : G. Beauvarlet, 2009 (3,4,5) ; R. Jean, 2009 (6,7,8) ; C. Rome, 2010 et 2012 (1,2).